Un, deux trois… Souriez ! C’est dans la boîte !

On the Ground

Univers : Innovation et Rupture

Décompressez avec un photocall décalé ! Au lieu de poser, lâchez-vous dans des poses complètement folles, vous êtes non plus debout mais à l'horizontale. Fous rires et bons souvenirs au programme !

  • Durée : Animation en accès libre
  • Nb. participants conseillé : Illimité
  • En savoir davantage sur cette activité : description complète

Bien souvent, lorsqu’une entreprise souhaite faire un organigramme de ses collaborateurs ou valoriser son image en interne/externe, la photographie apparaît généralement comme LA solution. Peu coûteuse, facile et rapide d’exécution, tout le monde sait faire : il suffit de s’asseoir gentiment les uns à côté des autres, de façon harmonieuse, un sourire, et clic ! Or, des photos de classe aux photos d’entreprise, souvent il n’y a qu’un pas.

Avec la photo, on ne peut pas tricher…

Qui a bien pu oublier le sentiment fou qui s’empare de nous la veille d’une photo de classe et des questions quasi existentielles qui s’en suivent ? Comment vais-je m’habiller ? Serais-je à côté de mon copain Benjamin ou à côté de cette peste de Nancy ? Et bien en entreprise c’est à peu près la même chose à ceci près : c’est toute l’ambiance au sein d’une équipe qui se ressent le jour. Emulation, joie, rancœur, envie, franche camaraderie, il est souvent difficile de faire semblant sur un morceau de papier glacé contrairement à ce que l’on pourrait penser.
Au-delà des petits problèmes relationnels, il y a aussi l’estime de soi : une personne ayant pleine confiance en ses capacités n’adoptera pas la même posture qu’une autre ayant quelques doutes. Le manque de confiance en soi se traduit derrière un objectif par une légère gêne, un rire nerveux ou incontrôlé, une attitude dissipée, etc. Et au final, cela risque de se ressentir sur la pellicule. C’est donc un test formidable que de se prêter à l’exercice du shooting photo, car l’on peut en apprendre beaucoup sur soi… et sur les autres.

Narcisse 3.0 ?

A l’ère des selfies, des bouches en cœur et des cœurs avec les doigts sur tous les clichés de la toile (teenagers comme adultes), on serait tenter de penser qu’une vague d’estime de soi et d’amour pour son image est entrain d’inonder le monde.
Sur les réseaux sociaux fleurissent des images qui marquent chaque instant important ou non de la vie des internautes, que l’on pourrait qualifier parfois de narcissisme aigüe et d’autre fois de partage tout simplement. Mais publier régulièrement son image sur internet de manière publique ou restreinte (selon les paramètres de confidentialité déterminés par son auteur) répond la plupart du temps à un besoin d’exister aux yeux des autres. En effet, beaucoup de sociologues et psychologues s’accordent pour dire que dans une société moins sociale et plus individualiste, les internautes accros aux photos d’eux-mêmes recherchent un moyen d’entrer en contact avec les autres et d’être omniprésent dans une réalité virtuelle plus forte que leur réalité terrestre. Dans son ouvrage « L’image partagée » (aux éditions Textuelles), André Gunthert affirme que nous n’avons rien compris aux selfies ! Dans un article qui lui est consacré sur Bibliobs , le chercheur estime que le selfie est la nouvelle expression de la conversation et du partage, loin du narcissisme qu’il lui serait injustement attribué.

Source photo : www.lexpress.fr / AFP Photo / Petras MalukasCela dit, soumettre son image à un large public et voir les commentaires s’aligner peut aussi (et c’est souvent le but) flatter un égo en quête de reconnaissance et d’un peu d’assurance. Dans la course effrénée aux « likes », certains y voient même comme la réponse affirmative à la question initiale : « j’existe, tu me vois ? ».
On peut donc en déduire que parfois, une photo ou un auto-portrait permet de dire ce que l’on n’arrive pas à formuler.

En route vers l’estime de soi

Si l’exercice de la photo de groupe s’avère périlleuse au sein d’une équipe, pas de panique ! Enlevez-vous de la tête les photos libres de droits trouvées sur Fotolia ou Getty Image pour illustrer votre joyeux organigramme : les acteurs y figurant ne sont pas représentatifs de votre entreprise. Personne n’est dupe, vous ne travaillez pas dans un monde merveilleux où la lumière fuse à travers les puits de lumières où les dents sont plus blanches que dans une publicité pour un dentifrice… Il faut donc envisager la photo comme un véritable exercice de team building. Pour cela, plusieurs options :

  • Faire appel à un photographe professionnel qui saura mettre en valeur le potentiel de chaque participant, l’aidera à prendre confiance en lui par le biais d’une image de qualité, etc.
  • Faire réaliser et diriger le shooting par l’équipe elle-même, proposer à chacun de photographier les autres, capter le moment qui selon lui représente le plus l’autre, inciter à se regarder autrement…

Une séance photo, c’est donc l’occasion de se sentir regardé par les autres membres de l’équipe, de se sentir valorisé. Même en cas de gêne devant l’objectif, le collectif va agir en faveur du bien-être du photographié et trouver des mots, des attitudes, voire des jeux pour l’encourager à être détendu. D’une manière générale, une séance photo se place rapidement sous le signe de la bonne humeur, créant une certaine forme d’excitation face à la surprise du rendu.

Tout le monde y va de son petit commentaire, encourage, complimente, tout en adoptant un autre regard… Cohésion d’équipe assurée, image de soi renforcée, la séance photo est loin d’être « clichée ».

 

Vous aimerez aussi
source : www.caplondon.com
Petits meurtres entre … collègues !
paris-en-bouteille
Mettre Paris en bouteille
LEgo
Bâtir son équipe avec des Lego

Laissez un commentaire

Votre commentaire*

Nom/pseudo*